Durgâ – Mère divine

DURGÂ : LA MÈRE DIVINE

Composé des racines sanscrites duh « souffrance » et ga « qui éloigne »,
le nom de Durgâ, signifie « Celle qui éloigne la souffrance ».

Durgâ est la Mère de l’Univers qui vient au secours de ses fidèles adorateurs. Elle est adi shakti, l’énergie primordiale, inhérente à toute la création, l’énergie suprême et originelle très révérée des satka, les fervents adorateurs du principe féminin de la divinité, qui la placent au cœur de leur quête spirituelle. Elle est adorée pour les siddhi qu’elle peut accorder rapidement. Dans sa forme la plus puissante, elle est dotée de dix-huit bras représentant l’union des pouvoirs de tous les dieux et portant les 18 armes, symboles immémoriaux de leurs qualités et de leur puissance. Durgâ est une déesse qui, au premier abord,  affiche une énergie de guerrière. Née de la colère de tous les dieux, elle reçut à sa naissance tous leurs pouvoirs dans le but de livrer pour eux de rudes batailles contre les plus grands démons, incarnations de la puissance négative et dévastatrice de l’égo. L’intervention de Durgâ dans les nombreux récits qui lui sont dédiés, est toujours liée à la nécessité de rétablir sur la terre l’ordre et la rigueur perdus des dieux et des hommes victimes de l’avidité et de la convoitise des démons. Durgâ signifie aussi « celle qu’il est difficile d’approcher » car (en) détentrice des pouvoirs des dieux, elle est par nature difficilement accessible voire difficilement compréhensible. Émanée du corps de la déesse Parvatî, l’épouse du dieu Shiva, Durgâ est  la Mère de l’Univers qui sauve ses fidèles. Elle est paradoxalement la personnification de l’amour maternel et de la compassion  envers ses dévots les plus fervents tout en incarnant des aspects de guerrière impitoyable et invincible envers tout fauteur de troubles. Et s’il est une déesse du panthéon hindou qui sait parfaitement conjuguer ces qualités opposées, c’est bien Durgâ, la Mère divine, combattante et sereine, qui détient la parfaite connaissance du monde de l’obscurité. Quand elle lutte pour extirper la source des souffrances, du corps ou de l’esprit, elle sait se parer d’innombrables formes, de la plus douce à la plus terrible, sachant déjà que la bataille est gagnée. Dans les récits liés à la geste de Durgâ, elle est désignée sous de nombreux noms qui attestent sa puissance et son origine. Parmi eux, nous retiendrons les plus évocateurs liés à ses multiples facettes :

Devî  « la Déesse Brillante»
Mahâdevî  « la Grande Déesse »
Jagan Mâtâ « la Mère du Monde »
Yoganidrâ « l’Enchanteresse »
Mahisâsuramardinî « la Destructrice du Grand Démon Mahisâura »
Aparâjitâ « l’Invincible »
Parvatî « la Fille de la montagne »
Simhavâhinî « Celle qui chevauche le lion »
Umâ  « la Lumière »
Gaurî « la Blanche »
Haimavatî  « la Fille des Himalayas »
Bhavânî  « la Déesse de l’Univers »
Ambikâ  « la Mère »
Syâmâ  « la Sombre »
Chandî « la Furieuse »
Bhimâ « la Puissante »
Bhairavî « la Terrible »

 Au cours de ses combats contre les démons, elle eut recours à sept formes appelées Saptamatrika, les sept Petites Mères, dont les champs d’action sont inséparables les uns des autres. Elles forment à la fois unité et déploiement de l’énergie originelle.

Brahmî
« Celle qui anime toutes les créations – l’énergie divine primordiale »

Vaishnavî
« Celle qui confère forme et beauté et à toutes les créations»

Maheshvarî
« Celle qui dirige les êtres, réside dans leur cœur et veille à leur réalisation»

Kaumarî
« la Déesse éternellement jeune, l’éternel recommencement»

Varahî
« La  puissance dévorante par laquelle les êtres vivants obtiennent leur nourriture, les jouissances physiques et le plaisir qu’ils en retirent»

Aindri ou Indrani
« La puissance extraordinaire de la force cosmique et de ses lois»

Camundâ
« la Destructrice des démons Chanda et Munda – Celle qui tue l’ego»

La bataille terminée, elles se résorbèrent toutes en elles dans une unité parfaite.

Mais au-delà des combats et de la forme, l’énergie suprême se présente sous l’apparence de dix grandes énergies transcendantes, dont la vision et la maîtrise sont sources de connaissances. Elles sont appelées Dashamahâvidya : dashamahâ  signifie « dix grandes » et vidyâ « connaissance ». Ce sont les dix grandes énergies qui permettent d’accéder subtilement à la vérité et à la libération. Elles éclairent  le monde dans sa réalité ultime et unifiée. Les vidya, qui sont féminines, sont directement reliées à Parashakti, l’énergie suprême. En leur vouant une vénération indéfectible, les tantrika, les adeptes du tantrisme, peuvent acquérir de grands pouvoirs, souvent qualifiés de supranormaux et qui, outre l’éveil spirituel, conduisent à moksha la libération de toute forme d’attaches et de préhension sur le monde phénoménal. Les dashâmahavidya sont aussi vénérées chaque jour des navaratrî  jusqu’au dixième. Ce sont :

  • Kâlî  « la Noire » « le Temps »,  la force de destruction et de transformation issue de  l’obscurité de l’ignorance ;
  • Tara « l’Étoile », la grande impulsion de la création et l’occupation de l’espace ;
  • Sodasî « Celle qui a seize ans », la perfection, la beauté et la plénitude ;
  • Bhuvanesvarî « la Souveraine de la terre », le pouvoir de jouissance du monde matériel.
  • Chinnamasta « Celle dont la tête est coupée », la connaissance issue du sacrifice ;
  • Bhairavî « la Terrible », la puissance des désirs qui conduisent inéluctablement à la destruction et à la mort ;
  • Dhumvatî « Celle qui n’est que fumée », la puissance du dénuement, l’après combustion quand il ne reste plus rien ;
  • Bagalamukhî « Celle qui hypnose, qui trompe », le côté obscur des créatures, comme la jalousie, la haine et la cruauté ;
  • Matangî « le Pouvoir de l’harmonie et du savoir », la puissance de la parole ;
  • Kamala « la Prospérité, le Lotus »,  assimilée à la déesse Lakshmî, la fortune.

Parus aux éditions SHASTRI
Durgâ Upâsanâ Tome 1
Durgâ Saptasati : les sept cents versets dédiés à Durgâ – Tome 2

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>