Gaṇeśa Jayantī

ganesha clean affiche 2016

VENDREDI 25 AOÛT 2017 A 12H00

Fils du dieu Śiva et de la déesse Pārvatī, Gaṇeśa est le Maître des Obstacles, de la Connaissance et du Bonheur. Son nom est formé de gaṇa qui veut dire le tout, l’ensemble et de iśa qui signifie le Maître.

Il est le Maître de Toutde ce qui forme un Tout », la totalité qui est Dieu. Gaṇeśa est le Maître de toutes les catégories d’êtres et de créatures vivant dans les trois mondes de notre tradition : terrestre, intermédiaire et divin. Son influence s’exerce sur tous les plans, du plus grossier au plus subtil. Il est appelé pour cela Gaṇapati le Maître des troupes.

Gaṇeśa est le dieu au visage d’éléphant Gajānana doté d’une seule défense, d’un corps humain au ventre proéminent, de quatre bras tenant les armes et les attributs liés à ses pouvoirs et qualités : le lasso, la hache, le croc à éléphant ; il est associé au svāstika, le puissant symbole de prospérité et de protection. Gaṇeśa fait à son dévot les gestes mudrā du don et qui ôte toutes craintes. Il se déplace sur une petite souris pour rappeler que le grand et le petit comme toutes les paires d’opposés sont faits pour se compléter et non pour se rejeter.

Parce que Gaṇeśa est doué du pouvoir d’écarter les obstacles les plus insurmontables, son image est installée dans presque toutes les maisons et près du seuil, ainsi qu’à l’entrée des villages. Pour cette même raison, il est toujours invoqué, avant tous les autres dieux, au début de chaque journée, d’un rituel, d’un travail ou d’un voyage. Il est également vénéré en tant que Vighneśvara le Maître des Obstacles, levant une à une les entraves qui se dressent dans la vie quotidienne et dans la quête spirituelle de ses dévots. Il est en cela Vināyaka le meilleur des Guides

Il est le Maître de la connaissance qui rédigea, sous la dictée du Sage Ṛùi Vyāsa, le grand poème épique le Mahābhārata. Et, si Gaõe÷a est un dieu védique, il a toute sa place dans les récits des pūraṇa, dont plusieurs rendent compte de sa naissance, expliquant ainsi l’origine de sa tête d’éléphant.  Selon l’un d’eux, sa mère la déesse Pārvatã l’a créé à partir de sa propre peau pour monter la garde devant sa porte. En effet, son époux Śiva, avait l’habitude de venir pendant qu’elle prenait son bain. Quand Gaṇeśa voulut l’empêcher d’entrer, Śiva furieux, lui coupa la tête. Mais voyant la détresse de son épouse, Śiva promit de rendre la vie à son fils en remettant la tête de la première créature qu’il rencontrerait. Et, ce fut un éléphant.

Les récits des pūraṇa parlent de sa naissance et de sa vie comme y figurent ceux de chaque dieu et déesse. A travers eux, toutes les divinités Gaṇeśa, Śiva, Viṣṇu, Hanumān, Durgā, Lakṣmī… semblent si différents mais en réalité, ils sont identiques. En Inde nous disons que :

Dieu est partout comme le lait dans la vache,

mais il se trouve toujours visiblement en un seul endroit.

Les dieux ont été façonnés au fil du temps pour l’énergie et l’idéal divin qu’ils représentent. Ils nous offrent des symboles et des correspondances pour maintenir l’inspiration que nous pouvons recevoir des sphères divines. Depuis des millénaires, la naissance de ces dieux est fêtée chaque année pour ne pour ne pas les oublier, pour maintenir toujours aussi vivante la foi de chacun. Le jour où un dieu « prend une forme », aux yeux de son adorateur, il devient plus puissant : extérieurement par la vénération de sa forme et intérieurement par l’amour et la foi qu’il réactive dans son cœur. Les dévots savent ainsi que les jours de Jayantī (de la naissance d’un dieu) sont très bénéfiques. Ils y consacrent toute leur énergie et maintiennent leur mental fixé sur son image. Ils le prient, pratiquent une diète, des dons, se détachent du monde quotidien et ordinaire, autant de moyens pour cultiver la joie, la paix. Car c’est par le chant, la prière, la récitation des mantras et l’amour pour les dieux que le mental se purifie progressivement et qu’il est alors possible d’accéder à des plans supérieurs de conscience, à ce qui est divin.

 Les mantra de Gaṇeśa

Les mantras de Gaṇeśa sont récités ce jour-là pour la simple adoration du dieu, obtenir les belles qualités qu’il accorde, lui demander son aide ou encore pour obtenir des réalisations concrètes. Récitez l’un de ces mantras 108 fois par jour minimum à l’aide d’un mālā, rosaire, de grains de rudrākṣa :

oṁ gaṃ |
(bījā mantra)

 oṁ śrī Gaṇeśa  namaḥ |
 (pour son adoration et obtenir ses qualités)

 oṁ Vigneśvarāya namaha |
 (pour écarter les obstacles de la vie en vue d’une réalisation)

 

Offrandes pour Gaṇeśa à apporter dans le temple :

fleurs et fruits couleur jaune orangé

sucre de canne – noix de coco – bananes – oranges

tissus ou vêtements jaunes – dhals jaunes

modaka – Laddhu

Voir aussi Verset de Gaṇeśa