PERIODE DE DĪVALĪ 1er jour

DĪVALĪ – DĪPᾹVALĪ

Fête de la Lumière  – Fête de la Déesse Lakṣmī

Le Hindi l’appelle Dīvalī, la petite lampe et le Sankrit Dīpāvalī à travers l’union de deux mots dīpā, la lampe et avalī la rangée. Littéralement, Dīpāvalī est la ligne, la rangée de lumières, comme une guirlande constituée de toutes les petites lampes du monde réunies et allumées dès la tombée de la nuit dans les temples et les maisons.

La fête de Dīvalī se déroule en réalité sur cinq jours car elle est étroitement liée à d’autres fêtes du calendrier hindou qui commémorent des évènements où la lumière trouve toujours le chemin de la victoire sur l’obscurité. Célébrée dès la tombée de la nuit, Dīvalī est l’une des plus belles fêtes de l’Inde, celle dédiés à Mahālakṣmī, la grande Déesse Lakṣmī dont les huit manifestations incarnent les huit aspects de la richesse auxquels les êtres humains peuvent accéder.

PREMIER JOUR : Vendredi 1O novembre 2023

DHAN TERAS / DHANVANTARI JAYANTĪ : Naissance de Dhanvantari

Le deuxième jour Hanum

Dhanvantari nous rappelle ainsi une grande vérité que l’on ne doit jamais oublier : avant toutes les autres richesse, celle du corps est la première que l’on possède et que l’on se doit de conserver.

Cette fête marque également le renouvellement, l’espoir, celui d’un nouveau jour pour débuter une action, d’une nouvelle période de vie ou d’une guérison. Il est par conséquent d’usage de se défaire de ses vieux vêtements pour en acheter des neufs, de se procurer de nouveaux objets, de la nouvelle vaisselle et des bijoux. Les maisons sont nettoyées de fond en combles de même que les boutiques pour un nouveau départ et de nouveaux projets. Les commerçants considèrent ce jour comme celui d’une nouvelle année.

Des pūjā sont célébrées en l’honneur du dieu Kubera, le Maître-Gardien des trésors et Banquier des mondes divins. Il est représenté avec un ventre proéminent. En tant que Régent de la direction nord des mondes, il est de bon augure de placer ou ranger ses biens les plus précieux dans cette direction pour les protéger.

YAMA DĪPAM : LA LAMPE POUR YAMA

Des lampes sont également allumées pour Yama, le Dieu de la mort, en mémoire du fils du roi Hima qui, selon les astrologues, avait été condamné à mourir par la morsure d’un serpent le quatrième jour après la célébration de son mariage. Pour rien au monde, sa jeune épouse ne voulait accepter cette fatalité. Refusant de perdre son mari, elle veilla sur lui tout la nuit en allumant des milliers de lampes. Elle empila à l’entrée de la porte ses richesses composées de vaisselle et de bijoux en or et argent qui scintillaient de mille feux. Lorsque le serpent de la mort arriva devant la porte, il fut ébloui et envouté par le trésor et les chants de la femme. Enivré, il les écouta toute la nuit puis repartit, oubliant de prendre la vie du mari. Depuis cette nuit-là, toutes les prières s’élèvent pour que la mort n’entre pas dans les maisons. Ces prières sont tout particulièrement dédiées à Yama Rāj, le Seigneur de la Mort, afin qu’il n’emporte pas la vie des hommes.

ALLUMEZ UNE LAMPE POUR LE DIEU DE LA MORT
APRÈS 18H00
ET PLACEZ-LA EN DIRECTION DU SUD
n

Le deuxième jour est appelé Choti Divalī, le petit Divalī. des lampes sont allumées et des pūjā célébrées à la tombée de la nuit en mémoire de l’anéantissement du démon Narakāsura. Cette fête est appelée Naraka caturdaśī, naraka signifiant l’enfer et caturdaśī (ou chaudas) quatorzième jour. Elle fait référence au jour et à la nuit où Kṛṣṇa, huitième avatar du Dieu Viṣṇu, mit un terme à la tyrannie de ce terrible démon. Ce dernier avait pourchassé de nombreux êtres célestes et kidnappé 16 000 jeunes femmes des mondes divins. Kṛṣṇa, avec l’aide précieuse de son épouse Satyabhama (qui lui porta le coup final) et de l’oiseau céleste Garuḍa livèrent un grande bataille contre Narakāsura et le tuèrent. Ce deuxième jour célèbre une fois de plus la victoire du bien sur le mal, de la lumière éternelle et du retour de la justice divine.

DEUXIÈME JOUR : Samedi 11 novembre 2023

NARAKA CATURDAŚĪ

Le deuxième jour est appelé Choti Divalī, le petit Divalī. des lampes sont allumées et des pūjā célébrées à la tombée de la nuit en mémoire de l’anéantissement du démon Narakāsura. Cette fête est appelée Naraka caturdaśī, naraka signifiant l’enfer et caturdaśī (ou chaudas) quatorzième jour. Elle fait référence au jour et à la nuit où Kṛṣṇa, huitième avatar du Dieu Viṣṇu, mit un terme à la tyrannie de ce terrible démon. Ce dernier avait pourchassé de nombreux êtres célestes et kidnappé 16 000 jeunes femmes des mondes divins. Kṛṣṇa, avec l’aide précieuse de son épouse Satyabhāmā (qui lui porta le coup final) et de l’oiseau céleste Garuḍa livra une grande bataille contre Narakāsura et le tuèrent. Ce deuxième jour célèbre une fois de plus la victoire du bien sur le mal, de la lumière éternelle et du retour de la justice divine.

HANUMN JAYANTĪ – KALĪ CHAUDAS

La tradition rappelle que la nuit (Kālī) de caturdaśī (Chaudas), les énergies destructrices et négatives sont très puissantes dans l’univers et que, pour s’en prémunir, des pūjā sont célébrées dans certaines régions de l’Inde en l’honneur du Dieu Hanumān. D’abord, parce que le grand jour de Divalī, en l’honneur de la Déesse Lakṣmī (voir le troisième jour ci-après), commémore la joie du peuple de la cité d’Ayodhya, attendant impatiemment le retour du roi et souverain Rāma en exil depuis quatorze années. Rāma, avec l’aide d’Hanumān et de son frère Lakṣman, avait mis fin au règne tyrannique du démon Rāvaṇa. En retour de son grand dévouement, Rāma demanda à ses propres fidèles de toujours vénérer Hanumān avant lui pour ouvrir leur chemin.
Kalī Chaudas est donc un prélude à la grande fête de Dīvalī, célébrée le jour suivant. Hanumān est donc vénéré en raison de sa grande dévotion, de son courage, comme de sa place privilégiée et proche des humains. Il les protège de leurs souffrances, car lui seul a aussi le pouvoir d’intercéder auprès de Śani-Saturne, l’astre maléfique, pour alléger leur karma. Il a le pouvoir de chasser les mauvais esprits et les hautes puissances négatives
Comme la Déesse Kālī. Cette dernière est aussi vénérée ce jour comme l’énergie féminine destructrice divine qui s’est tenue près de Krisna et qui a permis de vaincre Narakāsura.
Au coucher du soleil, après avoir pratiqué ablutions et prières, il est de coutume d’offrir une petite lampe et des sucreries à toutes ces divinités et de célébrer leur pūjā .

CARTURDAŚĪ DÉBUTE LE
11 NOVEMBRE 2023 A 9h25
ET SE TERMINE LE 12 NOVEMBRE 2023 à 10h15

(Heure de Paris)

TROISIÈME JOUR : Dimanche 12 novembre 2023



MUHŪRTA – MOMENTS FAVORABLE DE DĪVALĪ
de 17h30 à 19h00 pour allumer les lampes dans la maison.
de 0h06 jusqu’à 2h51 (nuit du 12 au 13 novembre 2023)
pour célébrer Laksmī Pūjā, réciter son mantra ou débuter une sādhanā

Le troisième jour est celui de Lak pūjā, jour propice de vénération de la déesse pour solliciter sa bienveillante générosité en prospérité matérielle et spirituelle. Car Lak veille sur la lumière du monde afin que l’obscurité ne triomphe jamais et que le mal n’ait jamais prise sur le bien. En ce jour de nouvelle lune amāvasyā où la nuit est totale, les petites lampes de Divalī s’allument dès le crépuscule pour montrer que la lumière est toujours là, quelles que soient les circonstances. Des offrandes sont faites à Lak et au Dieu Gaṇeśa, « le seigneur des obstacles ». Les commerçants les vénèrent tous deux pour leurs affaires. Dans les maisons, à la tombée de la nuit, les petites lampes scintillent dans toutes les pièces. Des bâtiments officiels aux boutiques, des maisons aux petites huttes des villages, tous sont redessinés par la lumière d’une multitude de petites lampes d’argile placées sur leur contour. Il n’est pas une seule maison où ne brille une petite flamme. Dans la nature, près des rivières, autour des arbres, la lumière prend place. Les petits gâteaux, les confiseries abondent et sont offerts à tous : famille, voisins, enfants, vieillards, mendiants… Ce jour commémore aussi la joie du peuple de la cité d’Ayodhya, attendant impatiemment le retour de leur roi et souverain Rām en exil depuis quatorze années. Cette joie, après une si longue absence, prend corps dans une multitude de petites lampes placées sur son chemin et dans toute la ville pour lui indiquer la voie qui mène à son royaume. Sa victoire sur le démon à dix têtes Ravāna atteste de la puissance de la lumière sur l’obscurité, des qualités divines sur celles de l’ombre. »

QUATRIÈME JOUR : lundi 13 novembre 2023

La fête de Govardhan pūjā , également connue sous le nom d’Annakut Govardhan pūjā, a lieu le quatrième jour de Dīvalī, le premier jour du mois lunaire Kārtika, en octobre ou novembre selon le calendrier grégorien. Cette fête consiste en l’offrande de nourriture en commémoration de la libération du peuple de Vraja par le Dieu Kṛṣṇa qui, dans son enfance, a soulevé avec son petit doigt la colline de Govardhan pour protéger les habitants de Vraja de la colère d’Indra. En effet, Kṛṣṇa leur avait demandé de ne plus offrir de culte à Indra, le Dieu des dieux et grand souverain de la pluie, pour protéger leurs cultures. Krishna remit en question cette tradition non pas par hostilité envers Indra, mais pour enseigner à ce peuple que la véritable dévotion réside dans la reconnaissance de la divinité omniprésente dans la création ; que son inégalable générosité et l’importance de vivre en harmonie avec la Nature étaient la source de la prospérité. Il leur demanda d’adresser toutes leurs prières au Mont Govardhan qui leur fournissait en réalité toutes les ressources dont ils avaient besoin (la terre, les plantes, le bétail…). Indra ne le supporta pas et, dans un accès de colère, fit tomber des pluies torrentielles sur Vrindavan pour punir les habitants de ne pas l’avoir adoré. En réponse, le jeune
Kṛṣṇa souleva le Mont Govardhan avec le petit doigt de sa main gauche pour protéger le peuple et le bétail. Il resta dans cette position pendant sept jours, offrant ainsi un abri aux résidents jusqu’à ce que la colère d’Indra s’apaise et que les pluies se calment. Pour les dévots de Kṛṣṇa, il est de coutume de faire le Govardhan Parikrama qui consiste à faire le tour de cette colline en signe de révérence.
Kṛṣṇa est particulièrement vénéré ce jour-là : des fleurs, des fruits et d’autres présents lui sont offerts à l’occasion de grandes Pūjā en son honneur. Une grande quantité de plats, sucrés et salés, représentant une montagne de nourriture sont soigneusement arrangés pour recréer une présentation visuellement impressionnante de cet évènement.

Cette fête est également désignée sous le nom d’Annakutā, surtout à Varanasi, où la statue d’or de la Déesse Annapurnā, la Dispensatrice de nourriture, est dévoilée et vénérée pour l’occasion pendant trois jours. Dans les temples, cinquante-six types de nourriture sont redistribués à tous ses adorateurs. Annapurnā est l’une des formes bienfaitrices de la Déesse Pārvatī à laquelle sont offertes des gerbes de blé fraîchement coupées. Elle est la Déesse régente de la ville de Kasī, autre nom donné à la ville de Varanasi (Bénarès), qui signifie la lumière.

CINQUIÈME JOUR : mardi 14 novembre 2023

COURS DE BHARAT NATYAM A DHARMA SANGH

RENTRÉE 2023



Professeur : SHALINI
https://triloka-danse.blogspot.com

REPRISE DES COURS
DE BHARAT NATYAM
DÉBUTANT ET AVANCÉ
JEUDI 21 SEPTEMBRE 2023
DE 19H à 20H30


« JOURNEE PORTE OUVERTE » BHARAT NATYAM
SAMEDI 16 SEPTEMBRE 2023
DE 10H30 A 12H00
Participation gratuite


Professeur : JYOTIKA
https://www.danse-indienne-paris.com

REPRISE DES COURS
DE BHARAT NATYAM
DÉBUTANT ET AVANCÉ
SAMEDI 23 SEPTEMBRE 2023
DE 17H A 18H30 ET DE 18H30 A 20H



Vasant pancamī

Nous célébrons Jeudi 26 et dimanche 29 janvier 2023

VASANT PANCAMĪ
Fête de la naissance de la déesse SARASVATĪ

Sarasvatī est la déesse de la Connaissance et son époux est Brahmā le Créateur des monde. Elle est la source de toute érudition : elle écarte naturellement toute obscurité, celle de l’ignorance l’antithèse de la connaissance. En Inde, elle est priée par les enfants, les adolescents et les étudiants. Sarasvatī est une déesse apaisante, emplie de paix et de douceur qui nourrit la créativité et la sensibilité des artistes musiciens, peintres et des écrivains. Plus sur Vasant pancamī

Programme de la fête de Vasant Pancamī au temple de Paris

A partir de 17h30, bhajans, kirtans et Ᾱratī , suivis d’un enseignement sur cette fête et de la célébration d’une pūjā par le Pandit Vishwanath Shastri.

DHARMA SANGH : 18 Rue des petites écuries 75010 Paris – 01 40 22 03 41
(Métro Château d’Eau ligne 4 ou Métro Strasbourg St-Denis Lignes 4 et 9).P